ZOOM SUR ...

Le maraichage à Ténoulé

Ce mois ci, nous vous proposons de faire un zoom sur le site de DIEBOUGOU, ville située au SUD OUEST du Burkina Faso sur les voies de communication menant au Ghana ou en Côte d’Ivoire ... 

Sur ce site, nous travaillons en collaboration avec l’association AF/LTM avec laquelle nous avons passé en 2018 une convention de partenariat.

Les actions menées le sont principalement :

 

  • En soutien d'agriculteurs ou de femmes qui se sont constitués en groupements pour créer des fosses fumières permettant de régénérer les sols de plus en plus dégradés, de fabriquer du savon qui sera vendu sur les marchés locaux, de pratiquer l'élevage de porcs ou de poulets, de gérer un système de micro crédit ou encore, de mettre en place des petits périmètres de jardinage.

 

  • En soutien d'initiatives individuelles méritantes comme :

 

-      La culture attelée,

-       La transformation de beurre de Karité,

-       Le petit commerce,

-       La restauration en milieu rural à l'intention des femmes en périodes de travaux,

-       Les petits élevages ….

Nous vous proposons ci-dessous un éclairage plus spécifique sur les projets de maraîchage.

Cette activité de "contre saison" pratiquée par des femmes ou des hommes permet d'acquérir des revenus supplémentaires pendant la saison sèche à une période où les travaux des champs sont terminés.

     

 

 

 

 

 

 

        

                                                                                               Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo

 

Cette vidéo que nous avons tournée lors de notre dernière visite montre les réalisations et les résultats obtenus.

En 2018 et 2019, AVB a soutenu un groupement de 28 femmes du même village de Ténoulé. Ces femmes ont obtenu une parcelle dans un bas fond(1).

Le financement accordé sur deux ans leur a permis de creuser un puits, acquérir une pompe manuelle et les équipements spécifiques, réaliser l’entourage complet de la parcelle en grillage en protection des animaux en divagation…..

Bobo Dioulasso et l'association MKY

Nous vous proposons ce mois-ci de faire un zoom sur le site de BOBO DIOULASSO, 2eme ville du pays située au Sud Ouest du Burkina Faso, et certaines des actions qui y sont menées.

Les Amis des Villageois du Burkina Faso et l'association Burkinabé Muso Ka Yiriwali (''Promotion de la femme'') y travaillent en étroite collaboration. Cette association locale constituée à l'initiative d'AVB, repère, soutient, suit et accompagne les jeunes femmes qui après trois années de formation au Centre Claire Amitié (1)  souhaitent s'installer en montant un atelier de coupe couture, de coiffure, un petit commerce, ....

Compte tenu de l'extrême pauvreté des bénéficiaires et pour être viables économiquement et donc pérennes, les projets de développement d'activité retenus sont subventionnés par AVB afin de garantir leur mise en oeuvre effective.

Le financement comporte une part de subvention (80%) et une part de prêt (20%) 

Ainsi l'aide apportée par AVB et mise en place par MKY, permet aux bénéficiaires :

    - d'acquérir les moyens de production (machines à coudre, instruments de coiffure, ustensiles de cuisine...),

    - de constituer le fonds de roulement  nécessaire au démarrage de l'activité et ce dans de bonnes conditions,

    - de bénéficier durant 3 années du suivi du projet et d'éventuelles formations type entrepreunariat.

Nous vous proposons quatre portraits de bénéficiaires portant témoignage des actions menées :

    - Bibata, formée à Claire Amitié, elle exploite un atelier de couture. Son profil est représentatif des bénéficiaires de l'aide d'AVB.

    - Karatomi une entrepreneuse qui vient de monter son salon de coiffure, l'améliore et a de belles ambitions pour l'avenir.

    - Honorine et Karine que l’association Muso Ka Yiriwali accompagne  et aide à vivre avec leur handicap. 

                Cliquer sur chaque image afin de découvrir la vidéo correspondante (durée 1 à 2 minutes)

Au cours des trois années passées, AVB a soutenu une quarantaine de jeunes femmes qui par leur initiative a généré de l’activité leur permettant de s'insérer dans la société et subvenir à leurs besoins et ceux de leur famille.

Le montant moyen du financement d'un projet est de 450€.                        

Encore un très grand merci pour votre soutien à l'association qui permet d'assurer une aide concrète et déterminante aux villageois du Burkina Faso.

(1) Le centre Claire Amitié  est un centre d'accueil  qui assure une formation humaine et professionnelle (couture, coiffure, cuisine) à des jeunes filles ou femmes sans distinction d'origine ou de religion, scolarisées ou non .  Après un parcours de deux ou trois  ans, celles qui peuvent passer le CQP (certificat de Qualification Professionnelle) accèdent à  un diplôme reconnu par l'Etat, les autres  obtiennent un Certificat. Elles peuvent ainsi postuler à des emplois salariés ou s'installer en ville.

Bibata2.jpg
Korotimi.jpg
Honorine.jpg
Karine.jpg

Koudougou face à la pandémie

AVB vous propose ce mois ci de faire un zoom sur l'Association AKT de Koudougou (*) et les  actions qui y sont menées actuellement en urgence compte tenu de la situation sanitaire du pays.

 

Construit en périphérie de la ville, l'association travaille en étroite relation avec le centre d'animation féminine de la ville, qui accueille et  accompagne des jeunes femmes précarisées, souvent  déscolarisées en leur dispensant durant deux ans une formation professionnelle.

 

Face à la pandémie de coronavirus, le gouvernement burkinabé a pris diverses mesures visant au confinement de la population : fermeture des marchés, arrêt des transports et des déplacements, mise en quarantaine des villes où le virus a été détecté.

Ces mesures efficaces contre la propagation du virus ont entraîné l’arrêt de l’activité économique  et privé de ressources les populations les plus fragiles qui tirent leurs revenus de la vente quotidienne de leur production.

 

  • Dès le mois de mars, la présidente d’AKT a alerté AVB sur le risque encouru de non remboursement des fonds de roulement, les jeunes femmes privées d’activités  privilégiant l’achat de nourriture pour leur famille. AVB a octroyé une aide exceptionnelle de 1000 euros qui a permis aux groupements (185 femmes) d’acquérir 3 000 kg de céréales riz et maïs.

  • Par ailleurs une commande de l'état de tissus à permis de maintenir une activité minimale  qui va permettre aux groupements de femmes de Koudougou de passer ce moment difficile.

​(*) Koudougou est la troisième ville du Burkina située à 100 km au Nord ouest de la capitale Ouagadougou

IMG-20200506-WA0017.jpg
IMG-20200506-WA0015.jpg
IMG-20200506-WA0025.jpg
IMG-20200506-WA0029.jpg

Le Micro-crédit à Ténoulé

Aujourd'hui nous vous proposons de nous rendre à Ténoulé auprès de nos amis de l'association AF/LTM.

Le principe du micro-crédit est simple:

Les femmes du village se constituent en groupes solidaires d'une vingtaine de personnes.

A la création d’un  groupe, chaque femme du groupe reçoit 5 000 F CFA (7.5€) qu’elle utilise à sa guise : pour faire du petit commerce, se procurer des matières premières servant à entreprendre une activité économique, adoucir la vie quotidienne, ...

Au bout d’un an, tous les groupes se réunissent sur la grande place du village (voir photos ci-dessous). Chaque groupe verse un intérêt de 5% et son capital est alors augmenté de 5 000 F CFA et ainsi de suite.

Après 4 ans le montant du crédit atteint 20 000 F CFA (30 €) le plafond est atteint et le crédit n’est plus augmenté, mais  la personne continue à verser l’intérêt annuel de 5% ; elle peut alors prétendre, si elle le souhaite, à un crédit complémentaire dans une caisse populaire (organisme de micro crédit) qu’AVB garantit.

Les intérêts versés par les femmes servent à financer la création de nouveaux groupes.

Aujourd'hui à Ténoulé grâce à vos dons, ce système concerne 20 groupes totalisant 406 femmes !!! 

 

Concrètement : Ce micro-crédit a permis aux femmes de Ténoulé de gagner de l'argent, en particulier en vendant leur petite production( jardin de case, ramassage de fruits en brousse, condiments préparés par elles ) sur les marché ( Dano, Ténoulé, autres villages proches), ce qui leur a permis de retrouver dignité dans le village :  les enfants , dont traditionnellement elles ont seules la charge, en ont été les principaux bénéficiaires. 

D'autres femmes ont acheté des vélos neufs et/ou d'occasion ( coût de 30 à 50.000 F cfa, soit entre 45 et 75 e), très utiles pour se déplacer dans les différents villages pour exercer leur activité. Une femme dont le mari était lourdement handicapé a pu grâce au micro-crédit faire construire une maison en banco de 6 tôles ( petite maison classique dans cette région), ...

 

Séance d'attribution de Micro-crédits sur la grande place de Ténoulé  

DSCF3383.JPG
DSCF3385.JPG
DSCF3388.JPG

Une formation en entrepreneuriat à Bobo Dioulasso

Extrait du témoignage de Joachim Sanou Président de l'association MKY, association avec laquelle les "Amis des Villageois du Burkina Faso" a signé une convention de partenariat pour la région de Bobo Dioulasso.

" Du 18 au 21 juin 2019 l’association MKY a organisé en partenariat avec la Direction Régionale du Ministère de la jeunesse et de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, une formation en entrepreneuriat qui a vu la participation effective de 34 filles (toutes promotions confondues).

Quatre jours durant, de 8h00 à 15h00, ces apprenantes ont affiché un intérêt certain à la formation, vu leur régularité. La formation a été faite sous forme de présentations et de travaux de groupe et s’est articulée en deux modules. 

Le premier module a porté sur « la sensibilisation à l’entreprenariat ». (l’entreprise, l’entrepreneur, le potentiel entrepreneurial)

Le deuxième module a porté sur « La création d’une petite entreprise » (étude de marché, identification des moyens, établissement d’un compte prévisionnel, choix de la forme juridique, rédaction d’un plan d’affaire).

A l’issue de la formation, les participantes ont eu droit à des attestations officielles signées de la Direction Régionale du Ministère de la jeunesse et de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes.

Le 28 juin 2019 à partir de 15 heures, L'association MKY a procédé à la remise des machines et des fonds aux bénéficiaires de l’aide de AVB. Cette opération s’est déroulée en trois phases.

Au cours de la première phase, les bénéficiaires ainsi que leurs avals (parents) ont eu droit aux informations concernant les associations AVB et MKY, la convention qui les lie ainsi que le mode de gestion local des projets de Claire Amitié Bobo. Au cours de cette phase d’information et de sensibilisation, nous avons insisté particulièrement sur :

  • toute la peine que AVB se donne pour chercher des fonds auprès des donateurs afin de pouvoir venir en aide à nos filles,

  • l’importance des remboursements à bonne date des crédits,

  • l’ardeur au travail, le sérieux et la gestion correcte des projets (conformément à la formation reçue)

La deuxième phase a porté sur le remplissage et la signature d’un engagement.

La phase finale a consisté en la remise des machines et des fonds aux bénéficiaires.

4-la tresoriere vigilante (1).jpg
8-Tout le monde content (1).jpg
5-Merciiiii (1).jpg
7-je vais pouvoir coudre et faire de bel

La fabrication du Soumbala à Koudougou

Ce mois-ci nous vous proposons de faire un ZOOM sur le site de Koudougou. Sur ce site nous travaillons en collaboration avec l’association AKT avec laquelle nous avons signé une convention de partenariat. Nous vous y présentons le projet Soumbala (un parmi les 34 projets mis en place cette année au Burkina Faso grâce à vos dons)

Cette association anime un centre de formation féminine. Le centre forme chaque année une vingtaine de jeunes filles qui passent le CQP(1) en coupe /couture mais appuie également des groupements d’anciennes élèves autour de quatre activités : fabrication de savon, tissage, coupe couture, et fabrication de soumbala. Ces activités permettent à ces jeunes femmes d’en retirer un revenu.

  • Le contexte

Le tissage concerne une centaine de jeunes femmes organisées en 6 groupements. Cette activité est rémunératrice mais est très sensible à la conjoncture et aux événements. Deux groupes de tisseuses de 16 personnes se sont donc constitués afin de fabriquer du soumbala (2) et autres épices lorsque leur métier à tisser est occupé par une collègue ou pendant les périodes d’inactivité.

Cette organisation permet de diversifier et stabiliser les revenus ; le marché des épices est porteur et surtout est peu sensible à la conjoncture économique.

Le Projet

  • Le projet financé début 2021 consiste à doter chacun de ces deux groupes d’un équipement (kit) pour 4 personnes  (bassines, seaux,  fût, passoires,  mortier)…soit 100.000fcfa (150€).

Les 8 kits nécessaires totalisent une somme de 800.000 fcfa (1200 €)  dont 20% sous forme de prêt remboursable en deux échéances annuelles de 80.000 f chacune. Cette contribution demandée permet de financer d'autres projets.

Un fonds de roulement de 1000.000 fcfa a également été alloué à ces deux groupes. Il est destiné à permettre d’acheter sur les marchés les graines de néré, matière première du soumbala, à partir du mois de mars, période où les graines sont abondantes et donc moins chères. 

Ce fonds  est un crédit de campagne. Une fois la production réalisée et la vente des produits effectuée, les sommes empruntées sont remboursées. Le fonds est ainsi  reconstitué et disponible pour une nouvelle campagne. 

           (1)    CQP : Certificat de Qualification Professionnelle équivalent de notre CAP

           (2)    Le soumbala est un condiment très répandu et très apprécié en Afrique de l’Ouest. Il  est utilisé dans la fabrication des sauces. 

                   Il est fabriqué par les femmes à partir des graines de néré, arbre présent dans  la zone sahélienne.

IMG-20210428-WA0040.jpg
IMG-20210428-WA0003.jpg
IMG-20200510-WA0001.jpg
IMG-20210428-WA0046.jpg

Du perfectionnement professionnel à Bobo Dioulasso

Nous vous proposons aujourd'hui de nous rendre à Bobo Dioulasso (2eme ville du pays) où deux très belles actions de perfectionnement professionnel ont été construites et réalisées par nos partenaires de l'association Muso Ka Yiriwali Ka - MKY avec le soutien financier d'AVB.

C'est à  l'occasion du suivi régulier sur le terrain des jeunes femmes bénéficiaires de financement de projets par AVB dans les métiers de la coiffure et de la couture que Solange Konoura et Joachim Sanou (respectivement Vice Présidente et Président de l'association MKY) ont perçu des besoins et demandes de compléments de savoir-faire.

Après accord d'AVB pour financer ce beau projet qui nous est apparu tellement utile et nécessaire, Solange et Joachim ont développé avec des formatrices et formateurs reconnues de grande renommée sur Bobo, un contenu pédagogique qui s'est concrétisé par deux actions de perfectionnement aux métiers de la couture, de la coiffure et du Make Up, d'une semaine chacune en Juillet 2021.

Retour sur les formations dispensées :


De l'avis général '' les formations se sont bien passées. Les participantes étaient contentes du contenu. Elles ont eu l’impression et l’ont exprimé que les formateurs et formatrices leur ont livré le meilleur de leur savoir faire ; ce dont  elles n’étaient pas convaincues au départ.''

Ce fut l'occasion de faire le constat de ''l’immense besoin et de la nécessité de faire monter en gamme technique les pratiques, les gestes professionnels pour les entrepreneuses qui ont un atelier ou un salon en ville.''

14 Coiffure Make up.jpg
11 Coiffure Make up.jpg
24 Couture Ensemble Dame..jpg
54 Remise attestations.jpg

La culture attelée à Wakara

Aujourd'hui, direction Wakara où AVB a financé en 2021 trois projets de culture attelée au profit d'agriculteurs locaux pour un montant total de 1.650.000 Fcfa  soit 2.515 € ( 20% du montant attribué est reversé par les bénéficiaires sur une période de 3 ans afin de contribuer à la réalisation de nouveaux projets).

C'est le témoignage de Nazaire Tuina, l'un des bénéficiaires, interrogé par Michel Séni notre correspondant sur place, que nous vous proposons ci-dessous :

Pour Nazaire, l'acquisition des bœufs et charrues (une paire de bœufs, l'attelage, des outils de sarclage, ...) a été une source de joie dans sa famille. A cet effet sa femme s'est exprimée en ces termes "Comment de si loin, là-bas en Europe, avez-vous pu penser à nous? Comme si vous étiez informé de notre manque, ce que nous cherchions à réaliser depuis des années. Pour la famille vous avez comblé les désirs et rêves en leur offrant cet attelage". 

"La joie ne s'est pas limitée à la famille seulement mais également au quartier. Les gens ont surtout apprécié les bœufs."

Au niveau de la superficie, Nazaire précise qu'il a pu en faire une plus grande cette année. De 3 hectares il est allé à 6 et plus. Il dit aussi que c'est assez clair qu'il fera une bonne récolte le rendement étant satisfaisant. Il pourra avec cela, scolariser ses enfants dont 2 au collège.

Nazaire s'est dit par ailleurs comblé par l'acquisition de ces deux bœufs. En cliquant sur la photo de Nazaire, retrouvez son témoignage en vidéo en dialecte local.

IMG-20210902-WA0005.jpg
IMG-20210713-WA0002.jpg
IMG-20210523-WA0001.jpg
Présentation1.jpg

L'élevage de poules à Diébougou

Aujourd'hui direction Diébougou, zone rurale au sud-ouest du Burkina Faso où les activités d'élevage et de maraîchage occupent une place importante.

Les membres de " l'Association Femme, Lève Toi et Marche (AF/LTM)'' sont allés à la rencontre de Jean-Marie Kam éleveur de poules dans le village de Wan. Son projet consiste à développer l'engraissement de poulets de race locale afin d'en assurer la vente auprès des populations environnantes. La demande est forte et Jean-Marie s'appuie sur une production de qualité et de proximité. Ce projet a été initié en 2020 pour un montant de 1.000.000 Fcfa (1525€) financé par AVB et dont 20% est reversé sur 2 ans à l'association locale partenaire (AF/LTM), contribuant ainsi au financement de nouveaux projets.

Cet investissement a permis à Jean-Marie de procéder à la construction et à l'aménagement du poulailler, de faire l'acquisition de poules et  coqs pour la reproduction et l'engraissement, et de constituer un fonds de roulement pour l'alimentation. Cet investissement a également permis la construction d'une bergerie contiguë au poulailler.

Par ailleurs, outre les poules, Jean-Marie procède à l'élevage de moutons qui sont également prisés dans la zone où il réside.

En cliquant sur la photo ci-dessus, vous assisterez à l'interview de Jean-Marie.

Elevage poules Diébougou.jpg